Chasse à l’enfant

, par  Mick Miel , popularité : 4%


Ce poème de Jacques Prévert évoque la mutinerie d’août 1934. Après que des moniteurs eurent tabassé un pupille, les jeunes détenus se soulevèrent et s’enfuirent. Une prime de 20 francs fut offerte à quiconque capturerait un fugitif.

Cette mutinerie déclencha une campagne de presse demandant la fermeture des bagnes d’enfants.

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Au-dessus de l’île on voit des oiseaux

Tout autour de l’île il y a de l’eau

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Qu’est-ce que c’est que ces hurlements

Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !

C’est la meute des honnêtes gens

Qui fait la chasse à l’enfant

Il avait dit j’en ai assez de la maison de redressement

Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents

Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciment

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Maintenant il s’est sauvé

Et comme une bête traquée

Il galope dans la nuit

Et tous galopent après lui

Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

C’est la meute des honnêtes gens

Qui fait la chasse à l’enfant

Pourchasser l’enfant, pas besoin de permis

Tous le braves gens s’y sont mis

Qu’est-ce qui nage dans la nuit

Quels sont ces éclairs ces bruits

C’est un enfant qui s’enfuit

On tire sur lui à coups de fusil

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Tous ces messieurs sur le rivage

Sont bredouilles et verts de rage

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Rejoindras-tu le continent rejoindras-tu le continent !

Au-dessus de l’île on voit des oiseaux

Tout autour de l’île il y a de l’eau.


Jacques Prévert

(Extrait de Paroles, éditions Gallimard)

Sites favoris Tous les sites

141 sites référencés dans ce secteur