Les contes des 1001 nuits

, popularité : 5%

Les Mille et Une Nuits sont un ensemble complexe de contes imbriqués les uns dans les autres, et de personnages en miroir les uns par rapport aux autres, ce qui donne plusieurs niveaux de lecture possible.

Le sultan Shâriyâr, déçu par l’infidélité de son épouse, la fait mettre à mort, et afin d’éviter d’être à nouveau bafoué, il décide d’assassiner chaque matin la femme qu’il aura épousée la veille. Shéhérazade, la fille du grand vizir, se porte alors volontaire pour épouser le sultan et, par le fait même, faire cesser le massacre : habile conteuse, chaque nuit, elle raconte au sultan un fragment d’histoire dont la suite est reportée au lendemain. Le calife dont la curiosité est excitée ne peut se résoudre à tuer la jeune femme ; il reporte l’exécution de jour en jour afin de connaitre la suite du récit commencé la veille. Peu à peu, Shéhérazade gagne la confiance de son mari...

Les Nuits sont constituées d’un noyau fixe, une trentaine d’histoires (le récit-cadre ou l’histoire de Shahrazâd, le marchand et le génie, le pêcheur et le génie, les dames de Bagdad, les trois pommes, le bossu, et les histoires qui y sont incluses) et d’un ensemble de récits extrêmement variés qui relèvent aussi bien de la littérature savante que d’une littérature plus « populaire ». On y rencontre par exemple des jinns, des éfrits et des goules. Mais s’il fallait caractériser les Nuits, il faudrait les associer aux centaines d’autres recueils de contes du même genre qui étaient en circulation dans le domaine arabe (les Nuits ne sont pas naturellement un livre isolé).

Quelques contes des Mille et Une Nuits parmi les plus connus (certains ne sont pas issus des plus anciens manuscrits connus, mais ont été ajoutés par la suite. C’est le cas des 7 voyages de Sindbad le marin, d’Ali Baba, d’Aladin et la lampe merveilleuse.) :

* Agîb et Gharîb (n° 13)

* Aladin et la lampe merveilleuse (n°19)

* Ali Baba et les quarante voleurs (Ali Baba va tshehel dozde baghdad) (n°24)

* Jullanâr ou Badr Bâsim (n° 73)

* L’Histoire de Qamar az-Zamân (n°120)

* L’Histoire du cheval d’ébène (n° 130)

* Le Mariage d’al-Ma’mûn (n° 142)

* L’Histoire de l’envieux et de l’envié (n° 158)

* Le Conte d’Ayyûb le Marchand, de son fils Ghânim et de sa fille Fitna (n°188)

* L’Épopée de Umar an-Nu’mân (n° 277)

* Les Ruses des femmes (n° 331)

* Sinbad le Marin (n°373)

* Le Cheval enchanté

* Le Conte des deux vizirs et d’Anîs al-Jalîs

* Le Conte du pêcheur et du démon

* Le Conte du tailleur, du bossu, du Juif, de
l’Intendant et du Chrétien (qui se déroule à Kachgar)

* Histoire d’Ali Cogia

* Le Conte du vizir Nûr ad-Dîn et de son frère Shams ad-Dîn

* L’histoire du Prince Ahmed et de la fée Pari-Banou

* Kamaralzamân et la princesse Boudour

* Le Khalife et le Khalifat

* La Jouvencelle, lieutenante des oiseaux

* Le Marchand et le Démon

* Le Portefaix et les trois Dames

* Les Sept vizirs

* Histoire d’Hassan le cordier

À la fin du livre, le sultan s’aperçoit que pendant les presque trois ans écoulés, Schéhérazade lui a aussi fait trois beaux enfants, et renonce pour cette raison à la faire exécuter.

Sources Wikipedia

Les milles et une nuits sur Gallica : texte et audio

Voir en ligne : Le livre en ligne

Sites favoris Tous les sites

6 sites référencés dans ce secteur