"La prophétie des grenouilles" de Jacques-Rémy Girerd

, par  Mick Miel , popularité : 6%



Un nouveau déluge s’abat sur la Terre. Seule, une petite troupe hétéroclite menée par Ferdinand, le Noé d’aujourd’hui, parvient à défier les éléments qui se déchaînent dans la démesure. Humains et animaux sont entraînés dans le tourbillon d’une aventure rocambolesque...

La Prophétie des grenouilles est une fable troublante qui revisite celle de l’Arche de Noé. Les grenouilles, face à l’événement qui menace gravement la plupart des êtres vivants, décident de rompre leur voeu séculaire de mutisme à l’égard des hommes.

Site officiel

Fiche technique

Date de sortie : 3 Décembre 2003

Film français.

Genre : Animation

Durée : 1h 30min.

Année de production : 2001

Réalisateur : Jacques-Rémy Girerd

Acteur(s)

voix de Ferdinand :Michel Piccoli

voix de la tortue : Anouk Grinberg

voix de Denise : Annie Girardot

voix de Roger : Michel Galabru et Laurentine Milébo

voix de René Lamotte : Luis Rego

voix du lion : Jacques Higelin et Romain Bouteille

voix de Bernard le chat : Patrick Eveno

voix des frères Cochon : Jacques Ramade

Scénario, production

Scénariste :

Jacques-Rémy Girerd

Antoine Lanciaux

Ioury Tcherenkov

Production

StudioCanal, France

France 2 Cinéma, France

Rhône-Alpes Cinéma, France

Folimage, France

Equipe Technique

Compositeur : Serge Besset

1er assistant réalisateur : Benoît Razy

Directeur de la photographie : Patrick Talleron

Ingénieur du son : Frédéric Attal

Directeur du casting : Jeanne Biras

Monteur : Hervé Guichard

Chef décorateur : Jean-Loup Felicioli

Producteur délégué : Patrick Eveno

Exportation/Distribution internationale

StudioCanal, France

Bac Distribution, France

Secrets de tournage

Relecture d’une fable légendaire

La Prophétie des grenouilles a demandé six ans de travail et a quasiment été réalisé à 100% sur le sol français. Deux années ont été nécessaires pour l’écriture, suivies de 36 mois de production et d’un an de finitions. Le film d’animation est une relecture de la célèbre fable de l’Arche de Noé qui voit des grenouilles venir en aide aux humains et aux autres animaux. Le réalisateur Jacques-Rémy Girerd déclare n’avoir retenu de cette histoire de légende "que l’image poétique et universelle : l’annonce d’un nouveau déluge, quarante jours et quarante nuits de pluie incessante. (...) La Prophétie des grenouilles est une fable sociale tragi-comique qui pose des questions sur la tolérance, l’écologie, la difficulté de vivre ensemble, les affres de la dictature... C’est aussi une belle histoire d’amour entre deux enfants."

Une oeuvre décliné sur plusieurs supports

La Prophétie des grenouilles n’est pas seulement un film d’animation. C’est également deux livres, un album illustré de 48 pages (chez Milan) et un roman-jeunesse (chez Hachette), disponibles dès novembre 2003. C’est aussi une bande-originale également disponible en novembre 2003 et dont la chanson du générique de fin est interprétée par Thomas Fersen et Marina Vial. C’est enfin deux expositions : une, itinérante, de 200 mètres carrés, intitulée La Prophétie des grenouilles et qui sillonera la France en 2004 ; l’autre, une mini-exposition, Ecrire un dessin animé, destinée au jeune public et visible dans les locaux des studios Folimage.

Remonter jusqu’en enfance

Pour créer les personnages de la Prophétie des grenouilles, le réalisateur Jacques-Rémy Girerd avoue s’être inspiré de ses souvenirs d’enfance. Il a ainsi pensé à son premier instituteur, Pépé Germain, pour créer le personnage central de Ferdinand. "Ferdinand est aussi le fruit de mon imagination d’enfant peuplée d’aventuriers, de flibustiers et de pirates. Des personnages exubérants, colorés, aggripés aux cordages de quelque galion dont le Capitaine Haddock est un des merveilleux exemples. (...) Ferdinand m’a permis de reconjuguer au présent ces souvenirs et ces émotions enfantines, de bâtir petit à petit, dialogue après dialogue, le personnage du vieux bonhomme tendre et bougon qui hantait mes rêves."

Le studio Folimage devient grand

La Prophétie des grenouilles est le premier long-métrage d’animation produit par le studio Folimage. Créé en 1984 par Jacques-Rémy Girerd et d’abord pourvoyeurs de contenus pour le petit écran, il se lance rapidement dans l’aventure de la production cinématographique. En 1997, Jacques-Rémy Girerd réalise ainsi le moyen-métrage L’ Enfant au grelot, qui bénéficie d’une sortie en salles et attire 330 000 spectateurs. Mis en confiance par ce succès public, Folimage entame dès l’année 1997 le travail sur La Prophétie des grenouilles, qui durera six ans. Au total, le studio Folimages aura été récompensé de plus de 200 prix internationaux pour l’ensemble de ses productions.

Des références prestigieuses

Jacques-Rémy Girerd, le réalisateur de La Prophétie des grenouilles, avoue posséder une sensibilité proche de celle du Japonais Hayao Miyazaki et être également très touché par les oeuvres de Paul Grimault et Youri Norstein. De manière générale, il tente, à son niveau, de faire perdurer une animation indépendante et de, selon ses propres termes, "résister à la globalisation "disneyenne"."

Des voix célèbres

De nombreux comédiens français ont prêté leurs voix aux personnages de La Prophétie des grenouilles. Parmi eux, Michel Piccoli, Anouk Grinberg, Annie Girardot, Michel Galabru, Luis Rego ou encore Jacques Higelin.

Critiques Presse

Le Point - Olivier de Bruyn

Avec " La prophétie des grenouilles ", Jacques-Rémy Girerd signe une fable à la fois hilarante et poétique. Très loin des poncifs remis sempiternellement sur le métier par l’industrie Disney, le cinéaste y raconte l’histoire d’une poignée d’hommes et d’animaux qui (...) doivent affronter mille et un périls imprévisibles.

L’Express- Stéphane Brisset

La Prophétie des grenouilles réussit parfaitement son brassage générationnel et culturel sans rien lâcher de son esthétique originale. Réussite d’autant plus remarquable que cette richesse, cachée sous des atours ludiques, n’échappera sûrement pas aux plus jeunes.

Télérama - Cécile Mury

Sur l’air connu du " comment vivre ensemble quand on est différents ", La Prophétie des grenouilles propose une variation drôle et sensible, donnant la parole à des bestioles aussi spirituelles que leurs bouilles sont cocasses.

Aden - Philippe Piazzo

Le premier long métrage d’animation de Jacques-Rémy Girerd (...) est une lumineuse réussite : il accomplit l’exploit de nous parler, sans mièvrerie ni didactisme mais d’écologie, d’amour, de dictature, de respect de l’autre....

Positif - Gilles Ciment

Le scénario de La Prophétie des Grenouilles, beaucoup plus complexe et construit qu’il ne le laisse paraître, permettra au film de Girerd de rester durablement dans les esprits.

Studio Magazine- Thierry Cheze

Le cinéma d’animation français atteint son zénith. (...) On voit mal comment Jacques-Rémy Girerd pourrait échapper à cette douce consécration. (...) Voici le dessin animé incontournable de cette fin d’année.

Ciné Live - Laurent Djian

Le dessin animé français se porte à merveille. La preuve avec cette jolie variation sur le thème de l’Arche Noé.

L’Humanité - Jean Roy
L’intrigue est joliment conduite mais le plus important, par-delà les voix, la musique et le rythme induit par le montage, est bien sûr le graphisme. Il enchante, dans sa simplicité apparente comme dans la subtilité du détail.

Libération- Michel Roudevitch

Plus qu’un quelconque rabâchage biblique, La Prophétie des grenouilles est un beau et drôle de dessin très animé qui nous rapproche de La Ferme des animaux d’Orwell, ce qui interpellera les ados et adultes tout en captivant l’attention des tout-petits.

Le Figaro- Emmanuèle Frois
La Prophétie des grenouilles est un dessin animé à la ligne claire, pure, dont les héros bien croqués, ont un caractère bien trempé. (...) Jacques-Rémy Girerd n’a pas l’imaginaire en berne.

Le Monde- Thomas Sotinel

A cette sensualité des couleurs répond le plaisir évident qu’ont pris les comédiens à prêter leurs voix aux personnages.

MCinéma.com- Camille Brun

(...)Les dessins (...) faussement enfantins sont tout à fait splendides. Même chose pour l’animation, qui nous mène à des kilomètres des dessins animés habituels de la télévision...

Première- Christophe Narbonne

Jacques-Rémy Girerd prouve, après Michel Ocelot (Kirikou et la sorcière), qu’il est pourtant possible de faire un film familial sans sacrifier l’ambition artistique.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur