La révolte des Angelets. Le Vallespir entre en rébellion contre Louis XIV

, par  Mick Miel, Teresa Dalmau , popularité : 16%

Tout commence l’année précédente, en 1661 (décembre, exactement). Louis XIV prit une décision lourde de conséquences, la réhabilitation de la gabelle, le fameux impôt sur le sel qui avait été aboli depuis un édit du roi en 1292, soit près de 4 siècles auparavant. Suite à ce décret les habitants de Prats-de-Mollo se révoltèrent, entraînant naturellement tout le haut Vallespir. A partir de 1662 le Vallespir entra en ébullition, les habitants jouant un jeu dangereux

De nombreux agents du fisc furent massacrés, ainsi que des gabelous (les gendarmes de l’époque) qui tentèrent de les protéger. Les habitants, trafiquants de sel entre la France et l’Espagne, se réfugiaient régulièrement de l’autre côté de la frontière, où ils trouvaient refuge auprès d’amis ou de la famille. Devant l’ampleur de la révolte Louis XIV utilisa la manière forte et envoya sur place deux bataillons. Mais ce ne fut pas suffisant, les révoltés les mettant tous les deux en déroute. Il faut dire que la proximité de l’Espagne leur assurait un parfait poste de repli, qui plus est quiconque connaît un peu le terrain sait qu’il y a peu de chance pour qu’une troupe de soldats, aussi importante soit-elle, puisse arrêter des révoltés ayant pris le maquis.

Lorsqu’enfin les soldats parvinrent à contenir la rébellion, la répression fut dure et de nombreuses personnes furent condamnés à mort, d’autres aux galères. Les villes furent lourdement taxées et le village de Py fut condamné à être rasé, du sel devant être répandu sur ses ruines. Ce fut la fin de ce que l’on appela par la suite "La Révolte des Angelets".

Pour parfaire sa victoire et par la même surveiller cette population instable Louis XIV commanda dès 1674 la construction d’une forteresse. Elle est toujours debout à l’heure actuelle, il s’agit du fort Lagarde, qui fut construit entre 1680 et 1682. Cette forteresse était elle-même protégée par trois tours qui avaient une fonction de surveillance de la vallée : la Tour d’En Mir, la Tour de la Guardia et la Tour de Cos. Le dispositif était verrouillé avec le château de Périlla datant du IXe siècle.

Afin de mieux contrôler militaire au Sud de la France, Vauban se voit confier la charge de la construction des nombreuses places fortes. Toute la région va alors se couvrir de citadelles d’importance variées. Le site de Mont-Louis sera choisi comme pivot central du réseau de fortifications construits le long des Pyrénées pour différentes raisons expliquées sur la page d’histoire de Mont-Louis.

Latour de Carol sera également renforcé, mais ses efforts portent surtout sur des emplacements stratégiques : Il fait relever les remparts de Villefranche de Conflent et dote la ville d’une citadelle protectrice sur les hauteurs, le fort Libéria. Puis Prats de Mollo est également renforcé d’une deuxième citadelle, le fort Lagarde, ainsi que le col du Perthus avec le fort Bellegarde.

Les remparts de Perpignan sont modifiés ainsi que le Castillet, et enfin le fort de Salses subira un abaissement de près de 15m de hauteur de façon à le camoufler un peu plus des regards de l’éventuel ennemi.

VOIR ÉGALEMENT LE TRAVAIL EN CATALAN

PDF - 92.6 ko
Alain AYATS, Louis XIV et les Pyrénées catalanes de 1659 à 1681, frontière politique et frontières militaires
PDF - 72.2 ko
Una lectura alternativa de la Revolta dels Angelets
PDF - 100.1 ko
IDENTITAT I REALITAT POLÍTICAA LA CATALUNYA DEL SIS-CENTS VISTA DES DE FRANÇA

A voir

- Les débuts de la gabelle en Roussillon et la révolte des Angelets

Fort Lagarde

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur