Intervention de Joëlle en classe

, par  Pascale Miel , popularité : 4%

Dans le cadre de notre projet "A l’école de la forêt" avec l’association IF, son animatrice, Joëlle Landais, est venue nous parler de sa passion : les arbres et la forêt.

JPEG - 312.1 ko

Tout d’abord, elle nous a présenté deux diaporamas.

Diaporama : Le chemin de l’arbre au bois.

JPEG - 113.4 ko

Apprendre à regarder pour découvrir, mais aussi avec l’oeil du peintre.

Le pin parasol ou pin pignon

Céret, ville des arbres : cerisiers, platanes, (au moins 200 ans)

Le chêne liège (Vivès, Saint-Jean de l’Albère)

Arbousiers

Erable de Montpellier

Pin maritime (Corbères)

Chênes kermès

Les Albères : forêt au bord de la mer – La tour de la Massane

Chênes verts

Hêtres

Banyuls, chapelle de la Salette

Vers le col de l’Ouillat, juste avant le col du Perthus : les châtaigniers
Chêne liège, au-dessus chênes verts et plus au-dessus châtaigniers, au-dessus hêtres et pins Laricio.

Haut Vallespir : réserve naturelle de Prats de Mollo – pins à crochet au col de Baix
Mélèzes et lichen

Bordure du Tech : l’aulne, le frêne, le bouleau, le robinier.

L’endroit où le ciel touche la terre s’appelle l’horizon

Les silhouettes d’arbres

JPEG - 137.9 ko
JPEG - 157.5 ko
JPEG - 165.2 ko
JPEG - 186.4 ko
JPEG - 272 ko
JPEG - 140.2 ko
JPEG - 195.5 ko

Diaporama : levée de chêne-liège à Vivès

= la couronne, puis incision, puis levée

Il faut attendre que l’arbre ait 40 ans pour faire une première levée.
Il faudra attendre 14 ans avant de faire une nouvelle levée.

Ensuite, elle nous a raconté une histoire.

L’histoire du bec-croisé des sapins.

Le bec-croisé a un bec qui lui permet d’ouvrir les écailles des pommes de pin.
Il ya très longtemps, il faisait partie des oiseaux migrateurs.
Un très jeune bec-croisé n’avait jamais fait le grand voyage au-dessus de la mer.
Mais sa famille se préparait au voyage.
Ce jour-là, il était tranquille et puis il y a eu une grande cigogne qui est arrivée comme l’éclair et elle a renversé le petit bec-croisé et il a eu l’aile cassée. Cette cigogne était mal élevée, de mauvaise humeur et même méchante. Et au lieu de s’exuser, elle l’a disputé et est partie.
Il est retourné voir ses parents qui étaient consternés car ils devaient prendre le grand départ. Et, bien qu’ils l’aimaient beaucoup, ils ont du le laisser là. Ils lui ont dit de chercher un abri pour construire son nid.
Dans la forêt, il a vu un arbre magnifique : un mélèze.
Et, il a demandé au mélèze s’il pouvait s’installer dans ses branches. Malheureusement, il était beau mais méchant. Et il lui répond it : « Hors de question ! »
Heureusement, à côté il y avait un sapin et un épicéa. Ils se mettent à discuter et appellent le petit bec-croisé et ouvrent leurs branches et l’invitent à faire son nid. De plus, dans leurs cônes, il y a toutes les graines nécessaires pour se nourrir tout l’hiver.
Il s’est installé pour l’hiver, a fait son nid, a eu à manger et avait des amis.
Puis est arrivé le bonhomme hiver, et le vent du nord a soufflé très fort sur le mélèze qui a perdu toutes ses aiguilles. Puis le vent du nord s’est approché du sapin et de l’épicéa mais le bonhomme hiver s’est interposé pour préserver l’abri du petit bec-croisé.
Et le petit bec-croisé a passé tranquillement l’hiver et a retrouvé sa famille.
Et c’est depuis ce jour que le bec-croisé passe l’hiver dans les conifères.

Espèce typique des forêts de conifères, le bec-croisé des sapins à une taille légèrement supérieure à celle du Moineau domestique. La poitrine du mâle est rouge brique, celle de la femelle vert olive sauf le croupion et le dessous qui est jaunâtre ; les jeunes sont vert-gris très rayés. Le bec-croisé des sapins n’a pas de barre alaire et a une queue courte et fourchue. Mais c’est un oiseau qui est surtout remarquable par son bec unique aux deux mandibules croisées, visibles à petite distance, qui lui permettent d’extraire les graines des cônes de pin.

Elle nous a présenté différents livres sur les arbres :

« L’arbre sans fin » de Claude Ponti
« Contes en forêt » Elène Usdin
« Le pacha à deux queues et l’arbousier »

Enfin, elle nous a parlé des différentes sortes d’arbres.

Il y a deux grandes sortes d’arbres :

- ceux qui perdent toutes leurs feuilles en automne : caduques

- ceux qui restent toujours verts : persistants

Il y a deux grandes familles :

- la famille des feuillus : la pluparts sont caduques : chêne blanc, châtaignier, frêne, aulne, saule,bouleau, robinier, micocoulier, hêtre (mais pas le chêne vert, le chêne-liège)

- la famille des conifères : pins (à crochets, sylvestre, Laricio, parasol ou pignon), sapins, mélèzes, cèdres

Dans la montagne, il y a des étages de végétation.

- en bas : chênes blancs, chênes verts, chênes-liège

- au-dessus : châtaigniers

- au-dessus : hêtres

- au-dessus : mélèzes

- au-dessus : les pins à crochet

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur