"Impressions de montagne et d’eau" de Te Wei, Hu Jinging, Zhou Keqin

, par  Mick Miel , popularité : 22%

Films d’animation Chinois. Un programme de courts métrages pour enfants par les maîtres de l’école de Shangaï.

Un programme de courts métrages d’animation pour enfants. Inconnus du public français, les courts métrages proposés dans ce programme explorent une technique tout à fait inédite : le “lavis animé”. Grâce à l’habileté de ces artistes chinois, c’est un spectacle magique qui s’offre aux regards des jeunes spectateurs : la peinture chinoise traditionnelle prend vie. L’encre de Chine et l’aquarelle sur le papier de mûrier s’animent. Préférant la force de l’image et du mouvement à la parole, les courts-métrages d’animation des Studios d’Animation de Shangaï dont le maître incontesté est Te Wei, font acte de poésie et d’exigence artistique :

- "Impression de montagne et d’eau" (1988) de Te Wei, 19 mn

Un vieil homme, maître de musique, tombe malade. Il est recueilli par un jeune garçon à qui il enseigne l’art du luth pendant sa convalescence... Un voyage initiatique dans un univers de montagne et d’eau, un voyage initiatique à travers la peinture chinoise.

- "La Mante religieuse" (1988) de Hu Jinqing - 5 mn

Une mante religieuse ruse pour approcher ses proies : elle déploiera des trésors d’ingéniosité pour arriver à ses fins.

- "L’Epouvantail" (1985) de Hu Jinging, 10 mn

Un pêcheur a des démêlés avec deux pélicans un peu trop gourmands, un peu trop taquins. Le subterfuge de l’épouvantail sera-t-il efficace ?

- "Les Singes qui veulent attraper la lune" (1981) de Zhou Keqin. 10 mn

De drôles de petits singes découvrent la lune par une belle nuit claire. Fascinés, ils cherchent à se l’approprier.

Date de sortie : 6 Octobre 2004

Film chinois.

Genre : Animation

Durée : 44min.

Année de production : 2004

Les critiques de presse

Première - Gérard Delorme

L’ensemble atteint un niveau d’excellence inouï (...).

Télérama - Cécile Mury

Issus des studios d’art de Shanghai, ces quatre bijoux créés dans les années 80 témoignent d’un désir de mêler harmonieusement poésie, peinture et littérature chinoises. Une sorte d’expo dans les salles obscures, pour toutes les générations.

Le Monde - Jacques Mandelbaum

Quatre superbes courts métrages des années 1980.

Brazil - Alex Masson

Récit initiatique et pure merveille aquarelliste liant l’animation à la peinture et la caligraphie dans un renversant mélange de fragilité et de certitude.

TéléCinéObs - Xavier Leherpeur

(...) des techniques témoignant de la richesse d’inspiration des cinéastes et mises en scène ici au service de récits drôles à la morale subtile. Bref, que du bonheur.

Aden - Orianne Charpentier

Simple, comme le graphisme, d’une sobriété de calligraphe. Les oiseaux, les vagues et les hommes, surgis de l’encre lavée, ondoient dans un univers blanc, comme la neige ou le papier, et ressemblent aux pictogrammes de l’écriture chinoise. Et la musique, née de leurs mains aux longs doigts fluides, berce l’ensemble d’une mélancolie douce.

Libération - Michel ROUDEVITCH

Ces quatre courts méconnus en dehors des festivals internationaux ont été produits aux studios d’art de Shanghai. Et le doyen Te Wei, peintre et calligraphe envoyé en "rééducation", demeure un nonagénaire à la touche inégalée, toujours au top de l’animation mondiale.

Ciné Live - Xavier Leherpeur

La simplicité des récits et de leur morale, l’humour discret s’en dégageant et l’absence de dialogues font de ce quatuor une programmation idéale pour les jeunes spectateurs.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur