Un bel échafaudage

, par  Elisa Calvet , popularité : 8%

Un bel échafaudage

C’était de bon matin quand Renart sortit de son logis. Dans le froid de l’hiver, il sillonnait les chemins de forêt et parcourait les champs couverts de givre dans un lourd et épais brouillard. Tout en se promenant, il observait les villages, les chaumières, les collines et les prés à la recherche de nourriture. C’est alors qu’il aperçut de la fumée qui s’échappait d’un bâtiment. Le goupil s’approcha pour mieux voir, il s’agissait d’un monastère. L’animal, qui n’avait pas mangé depuis trois jours, fit le tour de la bâtisse pour repérer une proie éventuelle. Ce qui fut vite fait car dans le coin entre le chauffoir et le fond du réfectoire qui était en travaux ce trouvé un poulailler remplit de poules bien dodu. Renart bavant devant ce spectacle alléchant s’approcha. Mais il eu beau sauter et creuser, les clôtures était bien trop haute et la terre beaucoup trop dure pour le renard. Mais voilà qu’arrive Ysengrin qui rodé lui aussi autour du monastère à la rechercha de nourriture. Le filou sauta sur l’occasion et lui dit :

« _Mon cher oncle, quelle bonne surprise de vous voir ! S’extasia Renard. Je suppose que vous chercher de quoi ramener à votre femme ce soir ?

_En effet mon neuve. Répondit Ysengrin méfiant.

_Formidable ! s’exclama Renart. Là-bas dans le coin se trouve un poulailler plein de délicieuses poules. Mais malheureusement seul je ne peux rien faire, si seulement quelqu’un pouvait m’aidé à en attraper au moins une et comme ça on pourrait partager le butin.

_Mais moi, je peux t’aider, répondit Ysengrin. Dit moi ce que je dois faire ? »
Voyant qu’il était tombé dans le piège, Renard lui expliqua le plan.

_Au dessus du réfectoire il y a une planche qui dépasse au dessus de la clôture. Tu n’auras qu’à monter, mettre une pierre pour stabiliser la planche puis tu marcheras dessus jusqu’à ce que tu aies traversé le grillage. Ensuite, il te faudra descendre, attraper et jeter les poules par-dessus la clôture puis repartir. »
Après avoir bien expliqué le plan au loup, ils le à exécution. Mais, quand Ysengrin voulut sortir du poulailler, il n’y arriva pas. Il eut beau sauté et supplier Renart, il était piégé. Et la malin animal partit en emportant les poulets.
Avant de partir, il lui dit ceci :

« _Et bien seigneur Ysengrin les autres fois ne vous ont pas servi de leçon. Remarquez- vous devriez me remercier, je vous laisse dans le garde-manger.

_Quelle honte, laisser ainsi votre oncle, que Satan vos traine en enfer ! » Cria le loup.

Mais il était déjà trop tard. Renart disparaissait au loin dans la campagne sur le chemin de son château de Maupertuis. Les cris d’Ysengrin n’avaient qu’alerté les moines qui se trouaient dans la petite chapelle. Une fois de plus, Ysengrin s’était fait humilier et trahit par Renart.