La dernière nuit.

, par  Alicia Zumbo, Yonah Ndiaye , popularité : 3%

C’est l’histoire d’une fille qui se prénommait Julie, d’une vingtaine d’année, pas très vieille et qui, pourtant, avait déjà vécu beaucoup de choses... Elle était caissière et, mis à part quelques amis, les fêtes, et quelques repas avec sa famille qui tournaient toujours en dispute, elle n’avait que cet endroit et son joli petit appartement aussi. C’était son métier et même si elle s’en plaignait tout le temps, elle l’aimait bien. Elle voulait de l’action, mais toujours la même routine.

Un jour, elle travaillait de nuit, une de ses collègue qui avait, elle, déjà des enfants, lui demanda si elle pouvait partir car l’ d’eux était malade. Sans hésitation, elle lui répondit "Oui, oui vas-y, ne t’inquiète pas, il n’y a pas grand monde ce soir et puis personne ne m’attend à la maison" "Tu es sur Julie ? Je peux toujours rester te tenir compagnie sinon..." elle hocha la tête. Sa collègue partit.

Les minutes passèrent. Il y avait très peu de clients, ce qui la soulageait assez car elle était extrêmement fatiguée et dormait à moitié. Alors, un homme arriva, grand des cheveux bruns, assez beau, et surtout de magnifiques yeux verts. C’’est ce qui la marqua le plus. Il lui demanda "Excusez moi mademoiselle, mais où se trouvent les conserves ?" elle lui indiqua le rayon en tendant le bras. "Merci."

Peu à peu, elle s’endormit. Un bruit sourd de métal sur du carrelage et un cri la réveillèrent en sursaut, puis elle n’entendit plus rien. Elle se leva de sa chaise, effrayée et tremblante comme une feuille, pour aller regarder dans les rayons. Elle vit pleins de boite de conserve par terre et un homme tout au bout du rayon. "Y a t-il un problème monsieur ? Avez vous besoin de quelque chose ?" Elle se rendit compte par elle même qu’en disant cette phrase, sa voix était tremblante et engourdie par des larmes de peur. Il se retourna brusquement, ce qui la fit sursauter puis il avança en boitant. Elle remarqua qu’il était taché partout sur sa chemise, et qu’il avait quelque chose de couleur foncé autour de sa bouche. Ne sachant quoi faire, elle s’éloigna en direction d’un autre rayon en cherchant qui avait poussé ce cri tout en disant "Venez à la caisse s’il y a un problème !". Tout en marchant, elle regardait attentivement dans les rayons. Alors, elle entendit son nom. Elle se retourna vivement pour apercevoir sa collègue. "Désolée si je t’ai fait peur, je suis juste passée en coup de vent pour voir si tout allait bien et t’apporter du café. Hum ça va ?" Déboussolée elle répondit "Oh.. merci, oui ça va, dis-moi n’aurais-tu pas vu un homme extrêmement étrange avec des taches sur la chemise ? On aurait presque dit.." "Dit quoi ? c’est bizarre j’ai fait le tour du magasin pour te trouver et voir s’il y avait des clients et il n’y avait personne." dit-elle, surprise ! Elle raconta en bref se qu’il lui était arrivé. "Et puis, on aurait dit du sang, et ce n’est pas normal que tu n’ai vu personne. J’ai entendu un cri, aussi je n’y comprends plus rien." "Oh, Julie ton esprit doit te jouer des tours à cause de la fatigue, c’est pas grave, je reviendrai tout à l’heure. Il faut vraiment que j’y aille. Appelle-moi s’il y a quoi que ce soit, bye !" "Hum.. bye."

Elle n’y comprenait plus rien. Elle était pourtant sure de ce qu’elle avait vu mais Katy, sa collègue, lui avait bien dit qu’elle avait fait le tour du magasin et que personne n’était à l’intérieur. Personne n’avait pu sortir, sinon il y aurait eu le tintement des portes coulissantes. Elle se retourna et là elle poussa un cri ! L’homme, celui dont les yeux était d’un magnifique vert, celui aussi avec les taches partout était devant elle. Et ces taches c’était bien du sang !

C’était donc bien du sang, du moins si ça n’en était pas ça y ressemblait fortement. Paniquée, au bord des larmes, terrifiée, elle ne savait absolument pas quoi faire. Elle recula brusquement et en bégayant lui demanda « Vous... vous êtes blessé monsieur ? Vous voulez que j’appelle une ambulance ?" Il ne répondait pas, il la regardait juste de ses grand yeux vert. Sa respiration devenait de plus en plus forte et son cœur battait extrêmement vite. Effrayée, elle partit vers sa caisse pour prendre son portable et appeler Katy sa collègue. Mais en vain, il n’y avait pas de réseau, donc elle voulut aller à la cabine téléphonique qui était sur le parking mais... c’est comme si quelque chose lui disait de ne pas sortir du magasin. Elle rebroussa son chemin pour aller retrouver cet homme et lui demander des explications. En passant dans le rayon des conserves, elle remarqua que les boites renversées par terre étaient t des boîtes de sauce tomate. Un petit rire de soulagement sortit de sa bouche. Elle continua à rechercher l’homme dans le magasin, mais il n’était pas là ;

L’heure de son remplacement approchait, mais elle ne comptait pas partir tant qu’elle n’avait pas prononcé des excuses à cet homme pour sa mauvaise conduite et pour savoir s’il allait bien… La porte de la réserve était ouverte. Persuadée qu’il avait dû y aller pour nettoyer les taches sur son visage et sa chemise elle y alla, tout de même un peu apeurée. Les lumières commençèrent à grésiller puis elles s’éteignirent. Un cri strident jailli, puis... plus rien.

Les minutes passèrent. Katy et deux autre collègues arrivèrent pour prendre la relève, mais ils ne virent personne. Katy, inquiète fit le tour du magasin et vit la porte de la réserve ouverte, elle rentra et elle marcha dans quelque chose de glissant. Elle chercha de la main l’interrupteur et appuya sur le bouton, et là... Horreur ! Elle vit une marre de sang. Elle poussa un cri d’épouvante. L’un de ses collègue arriva en trombe "Que se passe t-il Katy ? On t’a entendu hurler dans tout le maga... » il se tut brusquement.. « Kat... Katy ? A qui appartient ce sang ?" Elle ne répondit pas mais hurla "APPELLE LA POLICE, TOUT DE SUITE !! ».

Quelques minutes après la police, accompagnée d’une ambulance arriva. Katy ainsi que c’est collègues étaient en véritable état de choc. Elle ne cessait de répéter "C’est ma faute, je... je... n’aurais pas dû la laisser toute seule, je.. m’en veux tellement." Mais malgré les recherches à l’intérieur et à l’extérieur du magasin, rien... ni de trace de sang, ni de Julie, et encore moins cet homme étrange. Un des agents de police eut l’idée de regarder les caméras de surveillances en espérant voir tout ce qui s’était passé. On vit tout, enfin presque...l ’arrivée de l’homme, la panique de Julie, son entrée dans la réserve, mais à partir du moment où les lumières s’éteignent, la caméra dysfonctionne

L’histoire n’a pas été résolue. Longtemps, c’est passé aux infos. Il y avait des témoignages de ses parents, de ses amis. Tous avaient l’air bouleversés. En même temps, il y avait de quoi, moi-même qui avait tout vu était en véritable état de choc surtout que je n’ai rien pu apporter de plus pour résoudre cette histoire. Ça avait fait une véritable polémique, puis petit à petit l’histoire s’est tassée. Mais Julie restait dans la mémoire de chacun, même si au fond ils n’étaient pas sûrs et certains qu’elle était bel et bien morte ! La seul chose qui a vraiment longtemps hanté l’esprit des gens c’était l’enterrement. Il y avait un homme, personne ne le connaissait. Il portait un manteau beige et des lunettes de soleil et dès que le cercueil, vide, il faut le dire, donc dès que le cercueil fut dans la tombe, il partit ou plutôt disparut comme ça. Certains disaient que çà devait être son amant, d’autres que c’était « "l’homme étrange" » de cette nuit au magasin. Tous avaient leur propre avis sur cette histoire, mais aucun n’avait de preuve ou de fait concret. Et c’est donc comme ça que l’histoire de cette étrange nuit s’achève.

Alicia et Yonah.

Sites favoris Tous les sites

20 sites référencés dans ce secteur