Mort d’un professeur

, par   Héloïse Tailhades, Alexandre Etienne , Mathieu Miquel, Mathieu Pommery , popularité : 5%

Un meurtre au collège Pierre Fouché

Le 15 juillet 2016 le corps de Mme Savare est découvert en salle 106, pistolet à la main. Quelques minutes après la police arrive, examine la scène, et saisi le pistolet pour comprendre l’origine de la mort : crime ou suicide ?
Deux jours après, les résultats de la recherche des traces et indices sur l’arme par la police scientifique, révèlent que cette professeur s’est suicidée. Mais quatre élèves du nom de Mathieu, Mathieu, Héloïse et Alexandre ne croient pas à l’histoire de la police. Ils ne croient pas un instant que Mme Savare se serait suicidée sous aucun prétexte. Et ils vont donc suivre l’enquête d’un peu plus près.
« Bon on fait quoi on reste là à se prélasser au soleil ou on s’intéresse à l’affaire du meurtre au collège Pierre Fouché ?
- T’es bien gentil toi ! On commence par ou, on a rien pas un indice pas un témoin rien ! Attend laisse- moi réfléchir...
- Attend on ne pourrait pas entrer en salle 106 ?
- Je te le répète pour la 150ème fois nous n’avons pas les clés et en plus personne ne nous laisserait renter dans une scène de crime !!!!
- Et si on allait demander à quelqu’un ?
- Non, ça serai trop suspect, il nous faudrait quelque chose de plus subtile comme... ?
- J’ai une idée j’ai une pince, je pense que ça fera l’affaire, j’ai regardée assez de série policière pour savoir comment ouvrir une porte. Bon voilà ce que l’on va faire : vers 12h30, moi et Mathieu on va voir si l’on trouve des indices en salle 106, pendant que vous vous montez la garde, ok ?
- Oui mais si il y a un prof qui arrive on fait quoi ?
- Vous dites "ananas" et on se cache dans l’armoire !
- Pourquoi "ananas" ?
- Ne cherche pas à comprendre ! »
Vers 12h30 les autres et moi nous montâmes en direction de la salle 106, petit à petit, en marchant à pas de loup, nous arrivâmes devant la salle 106, grâce à sa pince à cheveux, Héloïse réussi à ouvrir la porte et je dis :
« -Vous deux restez là on va essayer de faire vite, si il y a un prof vous dites "ananas" ok ?
- Oui ne t’inquiète pas... »
Nous fouillâmes la salle de fond en comble, sous le bureau, au plafond, sous l’estrade, aux fenêtres rien ! Jusqu’au moment où : « Mais comment la police a fait pour oublier ça !
- De quoi tu parles !
- Mais de ça ! Hurla- t-elle »
Dans l’armoire il y avait une boîte avec des papiers où des chiffres y étaient gribouillés,un pantalon tachées de sang : « Je pense que le meurtrier à dut l’oublier !
- Ça doit être une personne tête en l’air pour oublier tout ça ! A mon avis il a été pressé d’enlever son pantalon pour pouvoir sortir du collège discret »
Avant de partir je mis tous ces objets dans mon sac quand tout à coup, une voix s’exclama : « SI IL Y A DES ELEVES DANS LE COULOIR ILS VONT AVOIR AFFAIRE A MOI !!!!!!! 
- Ananas, ananas !!! »
Un professeur commença à s’approcher de nous à grands pas :
« Vite allez dans l’armoire et fermer la porte, je vais sous le bureau !!! »
Maintenant il fallait prier pour ne pas se faire voir ! Les pas s’approchaient de plus en plus, mais quelques minutes plus tard ils repartirent d’où ils venaient : « Ouf on a eu chaud !
- Alors vous avez trouvez quoi ?
- un pantalon taché de sang et des genres de lettres avec des chiffres dans cette boîte !
- Mais c’est incroyable !
- Attendaient il y a quelque chose qui brille la bas : c’est une douille de pistolet !!!
- Ce soir, je demande à mon père si la douille du pistolet correspond au 9mm semi-automatique que Mme () avait sur elle le jour du meurtre...enfin, ou du suicide.
- Oui tu as raison...
- Et je pourrais demandait à un ami de la police scientifique une petite analyse sanguine.
- D’accord, très bonne idée nous on va se charger de décrypter ce genre de code.
- Tu crois que cela veut dire quelque chose ?
- Oui je pense, mais je n’en suis pas très sûr !
Avec le temps qu’il nous restait entre midi et deux nous pouvions commencer à résoudre ces "chiffres" : « Alors... peut- être que c’est comme ça, le 1=A, le 2=B, le 3=C ect...
- Essayons...
- Ça veut dire quelque chose !
Après quelques minutes...
- Il y a écrit sur la première :
Attendez-vous n’allez jamais faire ça pour une affaire d’argent, à cause de vous il y a déjà eu une inondation dans les toilettes des garçons.
et l’autre :
Pourquoi avez-vous fait ça.
dans la 3ème :
Non arrêtez je ne vous accuserai pas à la police n’en tuez pas une autre.
Vous l’aurez cet argent mais il faut que je le réunisse’
- Le tueur à du parler avec une autre personne, cette personne doit être sûrement une personne bien placée dans le collège et l’autre un agents ou un plombiers avec cette histoire de "toilettes des garçons".
- Attendez, en parlant de ça, je suis en retard pour le changement de cours avec Mme Samoyeau, je vous rejoins en cours.
- Pour l’instant on garde ça pour nous ok ?
- Ok !!!! »
Pour résoudre cette enquête il nous fallait obligatoirement les analyses des parents d’ Alexandre, pour être sûr que c’est le sang de Mme ().
Là nous étions coincés, nous ne pouvions pas le montrer à un adulte sinon ils nous accuseraient à tort, sauf qu’au moment de rentrer en classe Alexandre couru vers nous et nous dit : « J’...J’ai...Trouvé....Une...Autre...Lettre, dit-il essoufflé
- Une lettre avec des chiffres ? Mais où ça ?
- Dans...Dans...Le bureau de Mme Samoyeau !
- Donc c’est Mme Samoyeau qui parlait avec le tueur dans ces lettres !
- Tu l’as décrypté ?
- Non...
- Montre !!!!!!Il y a écrit : ’Donnez-moi l’argent demain après-midi à 1h30 au CDI ou sinon je tue Mme Fauste. 
- On doit en parler à un adulte...
- Mr Miel, c’était un ancien policier de renommé mondiale, il doit avoir gardé son matériel !!
- Ok, alors ce que l’on fait c’est que quand on a les résultats de ce sang et de la douille on lui en parle !
- D’accord ! »
Alors, le lendemain matin, les résultats se sont avérés êtres positifs : c’était bien le sang de Mme Savare âgé de 39 ans.
Rapidement on partit vers la salle 103 de Mr. Miel, et il nous demanda : « Bonjour les enfants que voulez-vous ?
- On voulait savoir si vous aviez encore votre matériel de policier ?
- Oui je l’ai mais pourquoi me demandez-vous ça ?
- On vous explique : le soi-disant suicide de Mme Savare est faux : c’est un meurtre. On connait le coupable, il a rendez-vous cet après-midi à 1h30 avec Mme Samoyeau pour qu’elle lui donne de l’argent au CDI.
- Il faut que vous veniez avec votre équipement pour les arrêter.
- Et les preuves....
- Les lettres cryptées que l’on a traduit ; et la douille de pistolet qui ne correspond pas à celui que Mme () avait dans la main. C’est la preuve qu’il y avait un autre tireur et pour finir les analyses de sang qu’on a demandé aux parents d’Alexandre.
- Faites-nous confiance.
- Très bien rendez-vous cet après-midi au CDI à 1h20 pour qu’on puisse se mettre en place.

Arrivés au CDI, le meurtrier et Mme Samoyeau étaient déjà là. Mr Miel entra discrètement dans le bureau.
Le tueur l’ayant vu arrivé, il essaya de s’enfuir : mais les élèves qui s’étaient cachés derrière un meuble lui firent un croche-pieds et lui tinrent les mains le temps que Mr Miel lui passe les menottes.
Le tueur fût arrêté, Mme Samoyeau quand a elle elle fût innocentée.
Maintenant que l’affaire était résolu les élèves retournèrent en classe qu’ils étaient en train de rater.

Ce récit policier a servi à faire une film. Pour le voir, cliquez ici