Incendie au collège Pierre Fouché

, par  Alexandre Etienne , popularité : 4%
  • ILLE SUR TÊT : SIX BLESSES LÉGERS, DONT TROIS POMPIERS, TRANSPORTES AU CENTRE HOSPITALIER DE PERPIGNAN.

Lundi 10 octobre, en milieu de matinée, un important incendie s’est déclaré au Collège Pierre Fouché d’Ille sur Têt.

Les pompiers du Centre de Secours de la commune, assistés d’une vingtaine de pompiers de Vinça sont rapidement intervenus grâce à un personnel de l’établissement qui a donné l’alerte.
Vers 10h45, un personnel d’entretien a déclenché l’alarme incendie au 1er étage du bâtiment après avoir constaté les premières flammes dans la salle informatique.
Le feu s’est rapidement propagé dans les salles de classe de cet étage ainsi qu’au deuxième étage.
Fort heureusement, les élèves étaient dans la cour de récréation au moment de l’incident et l’évacuation s’est ainsi bien déroulée par les issues de secours extérieures donnant sur le stade.
Les hommes du feu ont combattu les flammes durant 4 heures.
Le bilan humain est de 6 blessés légers : 2 personnels d’entretien, la documentaliste ainsi que 3 pompiers.
Tous incommodés par la fumée, ils ont été transportés au centre hospitalier de Perpignan.
Le bilan matériel est important et est estimé à 1 million d’euros comme nous le confiait
Mr Castillo, Principal du Collège : « Les dégâts sont considérables et la réouverture de l’établissement se compte en mois. Nous espérons que le département va rapidement débloquer les fonds. Les classes touchées par le sinistre venaient d’être refaites à neuf avec du matériel coûteux. Nous sommes en train d’organiser l’orientation des élèves dans d’autres établissements avec l’aide de l’Académie. »
Même si l’origine de l’incendie est encore inconnue, il semblerait que la documentaliste serait au cœur de ce drame. Un litige l’opposant à la nouvelle équipe de direction, l’aurait amenée à faire des menaces.
Elle se serait confiée à un professeur d’anglais de vouloir « mettre le feu à ce fichu bâtiment » si ses soucis ne se réglaient pas.
Une enquête a été ouverte par le parquet de Perpignan et confiée à la gendarmerie.

A.Etienne Le Vinçannais