Woualla et la pyramide

, par  Flavie Brunier, Manon Dewez , popularité : 5%

Il était une fois, un jeune architecte qui s’appelait Woualla.

Un jour, la grande reine Dalila lui confia une mission. Elle fit porter une lettre à Woualla qui disait :
« Woualla, je vous adresse cette lettre pour vous dire que je vous confie une mission. Je veux que vous me construisiez la plus grande et plus belle pyramide au monde. Je vous donne un délai de quinze jours pour la bâtir. Si vous réussissez, vous serez couronné d’or sinon j’ordonnerai à mes gardes de vous jeter au crocodile sacré. »

Woualla ravi que la reine lui offre cette mission, se mit aussitôt au travail. Afin de réaliser cette tâche, il engagea de nombreux hommes. Jour et nuit, ils travaillèrent sans s’arrêter. Mais malgré leurs efforts, le travail n’avançait pas si vite qu’il aurait voulu. En montant un bloc, il trébucha sur un objet.

Le jour commença à se lever et Schéhérazade se tut.
Le Sultan ordonna à ses gardes de ne pas la tuer pour savoir la fin de l’histoire.
Le soir venu, elle continua son récit….

Il le ramassa et il vit que c’était une lampe. Il se mit à la frotter et tout à coup, un génie sortit de celle-ci. Woualla fut surpris, le génie dit : « Puisque tu m’as délivré de ma lampe, tu peux me demander de réaliser deux souhaits. »

Woualla, voyant que malgré tous ses efforts et ceux de ces hommes, ils ne parviendraient pas à finir le travail à temps, lui demanda de terminer la pyramide. Aussitôt dit, aussitôt fait, la pyramide apparut devant ses yeux ébahis.

Le lendemain, il se rendit au palais de la reine pour lui annoncer qu’il avait fini la construction de la pyramide. La reine s’empressa d’aller la voir. Elle fut ravie et le couronna d’or.

Quand il rentra chez lui, il fit le vœu de libérer le génie de sa lampe pour qu’il puisse vivre comme tout le monde. Ils devinrent des amis et vécurent dans un magnifique palais jusqu’à la fin de leurs jours.