Le Reflet Brisé

, par  Loryne Azorin , popularité : 3%

Le : 11 Novembre 2014.
Au : Manoir Owen, Londres.
À : Personne en particulier.

Je m’appelle Felicity Logan et j’ai 14 ans. Je suis orpheline. Et je vais vous raconter mon histoire... J’étais sur le point de me faire adopter. Et il y a maintenant un mois j’allais enfin partir de l’orphelinat pour emménager avec ma nouvelle famille à Londres. J’appréhendais un peu de quitter l’orphelinat pour aller dans une nouvelle famille car je m’étais fait des amies que je ne reverrai probablement jamais...
Mes nouveaux parents tenaient apparemment une entreprise commerciale. Mon "nouveau père" était brun et portait des lunettes tandis que ma "nouvelle mère" avait de long cheveux blond et était d’une élégance implacable. Après avoir signé les papiers de mon adoption mes parents me dirent de m’installer dans la voiture avec mes affaires. La famille qui m’avait adopté avait déjà deux enfant qui attendaient sagement dans la voiture : mes parents m’avait dit qu’ils s’appelaient Alexander et Nina. Pendant les heures de voitures qui suivirent, j’eus une longue discussion avec mes parents : ils m’ont expliqué que je n’irai pas à l’école comme leur enfant mais prendrais des cours particulier... Sinon le trajet se fit en silence entre Nina qui lisait et Alexander qui écoutait de la musique avec son casque, même si les parents interceptaient des appels de temps à autre. Après trois heures de voitures, nous étions enfin arrivés. Le chauffeur se gara devant la maison, qui était certainement le manoir de duc il y a bien longtemps, se qui lui donner un air lugubre...

La maison la plus proche de la notre devait se trouver à plus d’un kilomètres mais avec le brouillard qui commencer à s’installer on ne voyait pas à plus de 50 mètres. Nous rentrions donc dans le manoir, où l’éclairage donné à cette maison l’air d’être hantés. Je regardais avec curiosité les lieux : il y avait de grands portraits de famille dans le salon ainsi que des vases, un piano à queue, une grande cheminée, un canapé qui était occupé par un chat noir aux yeux luisants qui me regardé fixement...
Après mon "inspection" des lieux, Nina me proposa de me faire visiter :
"- Je vais te faire visiter ,ah et si tu veux savoir le chat s’appelle Mistigris, il y a deux étages dans le manoir ,l’aile Est et l’aile Ouest sont séparées par l’escalier principal , je vais te faire visiter l’aile Est , celle-ci est consacrée à nos chambre ainsi qu’au salles d’eau et à la bibliothèque ,le bureau est consacré aux parents pour le travail ,il y a une partie de l’aile Est qui est réservée au personnel. Ne va pas dans l’aile Ouest elle est fermé au personnel et à tous le monde dans la maison pour des raisons de réparation...
- Si personne n’a le droit d’aller dans l’aile Ouest qui l’a répare ?"
Elle s’arrêta et croisa les bras puis me répondit :
"- Je ne sais pas mais c’est vrai que cela fait maintenant longtemps qu’elle est fermée, et il n’y a eu aucun changement dernièrement ,mais mes parents m’ont dit de ne pas m’en approcher pour des raisons de sécurité.
- J’aimerai bien aller..."
Je n’eus même pas le temps d’achever ma phrase qu’elle me coupa :
"- N’y pense même pas, en plus il n’y a plus d’électricité dans l’aile Ouest. Bon, changeons de sujet tu veux. Tu vas devoir t’habituer à notre météo car ici la pluie et le brouillard c’est 24h/24. Et je te préviens soit à l’heure pour le diner sinon tu mangeras toute seule..."

Après m’avoir fait visiter elle m’emmena dans ma chambre et me dit d’être à 19h30 dans la salle à manger, il n’était que 18h45 donc j’avais encore le temps de déballer mes affaires, je repensais à ce que Nina m’a dit, quand le miroir attira mon attention : il était rectangulaire et mesurait environ 1 mètre 40, il était entouré de motifs brodé dorés et était d’une propreté impeccable, je n’avais jamais vu de miroir aussi beau. Pourtant ce miroir me donner l’impression de déjà vu. J’approchais du miroir quand le bruit du tonnerre me fit sursauter, je me retournais et je vis que la fenêtre s’était ouverte, le vent faisait entrer la pluie par la fenêtre et le tonnerre grondait. Ma chambre était en train de devenir une machine à laver géante...
Je couru à la fenêtre et la referma.

J’étais inondée. Je fis le tour de la pièce d’un regard : tout était trempé. Une flaque d’eau de la taille du miroir s’étalait par terre, mes vêtements étaient bons pour aller au sèche-linge... Après m’être changé, je descendis dans la salle à manger mais il n’y avait personne, sur la table il y avait une assiette contenant mon repas et des couverts, je fixais le mur d’en face sur lequel une horloge indiquait 20h00.

A cotés de mon assiette, il y avait un mot qui disait "La prochaine fois soit à l’heure
Signé Nina
".

Suite à mon repas seul dans la nouvelle maison, je partis dans ma chambre avec mon verre d’eau. Puis je repensai au miroir et se qui s’était passé après que je l’ai fixé, en me tournant vers ceux-lui ci un cri m’échappa ainsi que mon verre : le miroir était brisé en mille éclats ; pourtant aucun d’eux n’étaient tombés par terre comme s’il s’était brisé de l’intérieur...

En plus du miroir on allait me tenir responsable d’avoir aussi cassé un verre. Je regardais le miroir quand le courant sauta, il faisait noir et tandis que tout se bousculer dans ma tête puis je m’évanouis. Quand j’ouvris les yeux, il faisait noir, tout autour de moi était noir mais à 10 mètres de moi je voyais un miroir qui dégager de la lumière et était semblable à celui qui se trouvé dans ma chambre, je me rapprochais jusqu’à me trouver face à lui. Mais le reflet du miroir n’était pas le mien, c’était plutôt des scènes que je me suis imaginée étant petite : une femme en train d’accoucher ne voulant pas de son enfant, un homme et une femme déposant un bébé au porte d’un orphelinat...
Quand tout à coup le miroir devint flou pour revenir sur mon reflet qui sembler plus âgé que je ne le suis, j’aurai dit mon double. Celui-ci croisa les bras en confirmant mes soupçons et me regarda comme s’il y avait écrit "stupide" sur mon front puis elle me dit :
"Franchement, tu me dégoûte, oui j’aimerai que tu n’as jamais existé ou que tu sois morte !"
Ce dernier mot résonna dans toute la pièce et fit trembler le sol qui se fissura et le miroir disparut et en un clin d’œil je me réveillais en tremblant sur le sol de ma chambre tapis de verre...

A mon réveil, la lumière était revenue mais le miroir était intact, j’eus un mauvais pressentiment. Je me rapprochais du miroir jusqu’à arriver face à mon reflet, celle-ci me fusiller de son regard noir qui me traversée comme une balle traverse le papier. Je me sentais mal j’avais envie de vomir et j’avais la tête qui tourne seul son regard ne bouger pas et rester fixement posé sur moi. J’avais l’impression de sentir sa présence comme si elle pouvait lire dans ma tête comme on lit dans un livre ouvert. Je lui criais de me laisser tranquille mais j’avais l’impression d’assister à la scène sans pouvoir faire quoique se soit. Puis je m’évanouis à nouveau.

Quand je me suis réveillé pour la seconde fois j’étais par terre mais la présence de mon double m’avait quitté. Je me levais face à mon lit, une douleur à la tête me fit m’asseoir, j’avais tellement mal. J’allais voir le miroir où mon reflet avait mystérieusement disparue il n’y avait rien juste le reflet des meubles. J’eus à peine eu le temps de cligner des yeux quand elle réapparu. Mon reflet sorti du miroir et verrouilla ses mains sur mon cou, je me débattais pour qu’elle me lâche en vain, ses mains me soulevais à plus de 30 centimètres du sol maintenant je me débattais plutôt pour respirer. Et au moment où mes forces m’abandonnait, tout devint noir, je ne sentais plus rien j’avais l’impression d’être dans un coma artificiel. J’espérais que se ne soit qu’un cauchemar...

A mon troisième réveil j’étais allongée sur mon lit sur les couvertures comme si rien ne s’était passé comme si je m’étais endormie avant d’aller faire face au miroir.
Le miroir !!!!
Je me précipitais malgré moi jusqu’au miroir, mais tout paraissais normal je ne sentais pas non plus la présence de mon double dans ma tête, son regard n’avait plus rien d’intimidant : tout était redevenu normal.

Sauf une chose. Une chose n’était pas normale. Mon cou était tout rouge même si cela commencer à s’estompait... Ce qui était bizarre c’est que je n’avais pas mal. Aucune douleur, ni aucune courbature... Tout était de plus en plus étrange depuis que j’avais quitté l’orphelinat. Plus je pensais à cela plus je pensais qu’il aura était mieux que personne ne m’adopte. Mais tout cela ne faisait penser qu’à une chose :
La terrible nuit que j’avais passé.
Mais cela me faisais douter , ai-je rêvée ou ce qui c’était passer cette nuit était réel ?
Je ne savais plus quoi penser tout cela me troublée...

Après cette nuit là, je faisais de nombreux cauchemar, je parlais dans mon sommeil, j’étais somnambule et je me réveiller en hurlant se qui réveiller tout le monde. Les parents de Alexander et Nina ont jugé que se n’était pas bon pour leur enfants de se réveiller en plein milieu de la nuit tout le temps à cause de moi il faut aussi dire qu’ils ne m’appréciaient pas trop, ils ont donc décidé de me renvoyer à l’orphelinat. J’ai écrit cette lettre dans le but de me libérer de ma peur, des fois écrire se qu’on ressent peut faire du bien. J’ai trafiqué le moteur et l’airbag de mon cotés de la voiture qui est censé me ramener à l’orphelinat, maintenant je tiens plus trop à la vie et je ne veux faire de mal à personne. Si je n’avais pas fait cela je serai devenue folle mais peut-être le suis-je déjà... Je serai sûrement morte quand vous lirez ce mot mais si jamais vous retrouvez mes parents, dîtes leur que je ne leur en veux pas de m’avoir abandonnée et que c’est peut-être mieux comme ça. Et avant de partir je laissais ce mot à cotés du miroir...

Mes sincères salutations.

Felicity Logan.

Sites favoris Tous les sites

20 sites référencés dans ce secteur