Le Venezuela au bord du gouffre

, par  Alizée Huerta Montoya , popularité : 9%

La photo est rectangulaire. Le cadrage est centré et c’est un plan d’ensemble. L’angle de prise de vue est frontal. Au premier plan on voit un matelas bleu et une couette gris noir. Au deuxième plan on aperçoit un homme très maigre. Au troisième plan, on distingue une fenêtre et un mur blanc et bleu. La photo est plutôt nette. L’homme est triste, on dirait qu’il a honte de lui car son regard est tourné vers le bas. La lumière est celle du jour, dirigée vers l’homme et haut placée. L’image est en couleur, on aperçoit surtout le bleu. Les couleurs sont plutôt froides et sombres vers le bas et claires ver le haut à droite. La lumière vient de la fenêtre à gauche. Mon regard est placé sur le milieu de la photo car ce qui m’impressionne est l’homme.
Il y a un petit écart entre la photo et la légende car quand on regarde l’homme on dirait qu’il est anorexique et que la pièce où il est est une prison. Quand on lit la légende ça nous dit : "Omar Mendoza souffre de schizophrénie et de malnutrition sévère : il ne pèse que 35 kilos. L’hôpital psychiatrique où il se trouve est paralysé par une grave pénurie de nourriture et de médicaments 25 aout 2016. "
J’ai choisi cette photo car elle m’a beaucoup touché. L’homme fait de la peine .
Il ne se rend pas compte qu’il est malade et les "médecins" ne peuvent pas le guérir car la où il se trouve il y a une grave pénurie de médicaments.

Sites favoris Tous les sites

6 sites référencés dans ce secteur