"Une femme disparaît" d’Alfred Hitchcock

, par  Mick Miel , popularité : 4%

Une vieille dame disparaît dans un train traversant les Balkans. En fait le train se révèle être un véritable nid d’espions et la lady un agent secret britannique !

Une femme disparaît(The Lady vanishes)

Film d’espionnage 1938, 1h38

Réalisateur : Alfred Hitchcock

Acteur(s)

Margaret Lockwood (Iris Matilda Henderson)

Michael Redgrave (Gilbert Redman)

Dame May Whitty (Miss Froy)

Paul Lukas (Dr Egon Hartz).

Bandika, un pays d’Europe centrale. A la suite d’une avalanche, les passagers d’un train se trouvent bloqués pour une nuit dans un petit hôtel. Deux Anglais, Cadicott et Charters, sont impatients de savoir ce qui se passe dans leur pays. Leur intérêt n’est pas la situation politique mais le test match de cricket de Manchester ! M. Todhunter, qui espère être bientôt nommé juge, se trouve là aussi avec celle qu’il fait passer pour sa femme. Il y a également Miss Froy, une vieille gouvernante qui rentre, elle aussi en Angleterre. De son côté Iris Henderson doit quitter ses deux amies Blanche et Julie. Elle doit en effet retrouver à Londres Lord Charles Fotheringail et devenir sa femme.

Durant la nuit, Iris est exaspérée par le bruit qui provient de la chambre de Gilbert Redman qui fait des études -sonores !- sur la musique folklorique. Elle réussit à le faire expulser de sa chambre mais, du coup, il vient s’installer chez elle...Caldicott et Charters sont obligés, faute de place, de partager la chambre de la servante, Anna. Miss Froy écoute avec attention un chanteur qui disparaît dans la nuit, étranglé !

Le lendemain matin, les clients prennent enfin le train. Légèrement blessée par la chute d’un objet, Iris est soignée par Miss Froy qui se retrouve dans le même compartiment qu’elle et avec qui elle va prendre le thé au wagon restaurant. Mais Miss Froy disparaît et les autres personnes du compartiment - une baronne, le signor Doppo et sa femme- disent ne l’avoir jamais vue. Caldicott et Charters font de même pour ne pas risquer de retarder le train et M. Todhunter également pour ne pas se trouver en situation délicate...

"Une femme disparaît" oscille habilement entre humour et suspense. La drôlerie, souvent pleine d’allusions piquantes (le couple masculin Caldicott-Charters) prend même à l’occasion des allures de farce discrète (exclusion et intrusion de Gilbert, la répétition de la bourrée, bataille avec le magicien). Côté suspens une solide énigme d’espionnage. Trouvaille des verres géants pour la scène de "l’administration du sédatif".

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur