Histoire de vampire

, popularité : 4%

Histoire fantastique. "Je vais vous raconter une histoire que je n’ai encore jamais racontée à personne..." Quand ça commence ainsi, il vaut mieux s’attendre au pire !

Tout commença un jour que je sortais du collège, quand je m’aperçus que j’avais manqué mon bus. A cette époque, j’étais assez grand,1,79m. J’avais les yeux de couleur noisette qui selon l’angle où je me trouvais avec le soleil, passait de marron à jaune. Ma carrure était assez légère vu que j’étais grand. Je pesai 60kg. Mes cheveux étaient noirs. Ma coupe préférée était lorsque je me faisais les pics. Je portais un long manteau noir. A cette époque, j’ avais 15 ans. Maintenant j’en ai 63 donc regardez le temps que j’ai mis pour en parler. Au fait j’ai oublié de me présenter. Mon prénom est Adrien.
Donc , comme je vous le disais , j’avais manqué mon bus. La meilleure façon de rentrer chez moi avant la nuit était de franchir les bois. Je m’ y apprêtai lorsque je me souvins avoir vu quelque chose bouger à l’ intérieur du bois 2 semaines avant. Mais aussi je pensais à ma punition si jamais je rentrais pendant la nuit. Je décidai finalement de prendre un risque et de traverser la forêt. Cela était peut-être un signe comme quoi je ne devais pas y aller.

Lorsque j’y pénétrai, j’eus un sentiment d’inquiétude, mais je me repris tout de suite. Au fur et à mesure que m’enfonçai dans les bois, la lumière diminuait. Je passais à travers les broussailles jusqu’au moment où je vis une personne, là, par terre étalée de tout son long près un petit ruisseau. Elle était belle. Ses cheveux étaient tressés. Je trouvais la couleur de son teint très pâle. Je me mis a genoux à ses pieds, j’essayai de la réanimer. Elle avait les cheveux blonds. Mais je trouvais qu’elle ressemblait à la duchesse qui habitait sur la dune d’en face de chez moi. La robe rouge qu’elle portait lui allait à ravir. Mais son chapeau jaune était plein de plumes d’oiseau. Je ne savais pas si je devais d’abord en parler à ma mère ou bien au duc de la maison d’en face (cet homme me faisait peur car il avait un comportement bizarre de temps en autre) pour le prévenir que sa femme était dans la forêt. Je réfléchis deux secondes, mais tout d’un coup, un bruit vînt me faire sursauter. Je me retournai et me rassurai car c’était seulement un chien, mais la pauvre bête avait dû se battre car elle avait un trou dans l’oreille et celle-ci « pissait » le sang. Je me souviens aussi que la peur que j’ai eu juste après était peut être la plus grosse que je n’ai jamais eu. Je me rappelle ensuite de l’avoir appelé et là, la femme m’attrapa le pied et me fit tomber. On aurait dit qu’elle était tombée sur la tête car elle me dit :

- « Ha, ha, ha, tu n’oses plus rien dire maintenant que tu es à ma taille ! Hein ? » Et elle avait raison, j’étais comme pétrifié les yeux fermés sans pouvoir les rouvrir et donc, sans savoir où elle était.
J’arrivais finalement à les ouvrir et elle avait disparu. Je ne savais pas ce qui venait de se produire, mais je décidais de rentre chez moi en courant car il commençait à faire nuit et je pensais que j’irai chez le duc le lendemain.

Comme je vous le disais, je devais aller chez le duc. Mais à la fin d’une journée de collège, je décidais plutôt de parler à ma mère pour qu’elle aille elle même voir « l’affreux » duc, sans lui parler de ce qui venait m’arriver.

Deux jours après, je revis le chien mais sans aucune égratignure. Je me dis qu’il avait dû être soigné, mais lorsque j’eus levé mon regard de son oreille, je vis que la personne qui le promenait n’était personne d’autre que la duchesse. J’hésitais à aller là voir, mais c’est elle qui vînt me voir en premier.

- « Bonjour Adrien, j’espère que tu n’as pas été trop choqué de me voir ainsi dans la forêt il y a deux jours car il m’arrive de faire des crises telles que celle que tu as vue ! » me dit-elle. Je n’avais pas envie de lui dire qu’au collège j’avais choisi de présenter une histoire de vampire en cours de français, alors que je pensais à elle. Je décidais donc de mener une enquête.

Le soir même j’étais sur le palier de sa maison. Tout d’un coup, je la vis se déshabiller et là, je vis quelque chose qui me fit peur. Elle était pleine de bleus et de cicatrices sur la partie haute de son corps. En voyant cela, je ne pus m’empêcher d’avoir un frisson car c’était une des personnes les plus respectées de la région. Je me mettais en suite en marche pour aller chez moi. Dans mon lit, je repensai à ce que je venais de voir et décidais donc cette fois-ci de lui en parler vraiment et de lui demander la cause de ces blessures. Comme je l’avais dit, j’allais la voir.

- Bonjour madame la duchesse, je viens vous demander des explications sur ce que j’ai vu hier soir.

- Comment ça ? Sur ce que tu as vu hier soir.

- Euh ben oui. Bon disons que je vous ai espionné hier soir pendant que vous vous déshabilliez, j’ai vu que vous aviez beaucoup de blessures sur la partie haute de votre corps.

- Pourquoi m’as tu espionné !?

- Parce que je trouvais le fait que vous et votre chien avaient été soigné le lendemain était bizarre.

- Ah oui c’est vrai. Ne vas pas le dire a tout le monde. En fait, mon mari a un genre de don. Mais ce n’en est pas vraiment un. Le seul problème, c’est que c’est lui qui m’a fait tout ces bleus.

Pendant qu’elle me parlait, je repensai au comportement bizarre que le duc avait de temps en temps et je me demandais si cet homme n’était pas quelque peu anormal.

Lorsque la duchesse arrêta de parler je lui dit que je devais y aller. Ce n’était pas vrai, mais elle ne le savait pas et en plus, je rajoutai que ma mère allait me gronder si je dépassais l’heure prévue. Vu que je savais que le duc ne travaillait pas le week-end, je décidai d’aller lui rendre une visite.

Soudain, sur la route, je vis une bête étrange et effrayante. Cette horreur avait un teint livide. Deux ronds jaunes lui servaient d’yeux. Des dents immenses devaient lui servir de broyeur. Cette chose était poilue. Elle avait un filet de bave qui pendait. Tout d’un coup, elle hurla et juste à ce moment, la duchesse sortie de derrière les les broussailles.

- Vite Adrien, aide moi à trouver une grosse branche.dit elle.

Juste au moment où j’en cherchai une, je vis une barre de fer.

- Est-ce que cette barre sufit ?
- Oui donne la moi.

Je lui donnai la barre et d’un coup elle frappa le loup sur la tête. Je croyais qu’il était mort, mais elle me dit que ce n’était pas la première fois et que c’était son mari.

Lorsque mes parents sûrent que le duc était un loup garou, ils décidèrent tout de suite de déménager.Quelques années plus tard, j’appris que le duc avait été abattu un soir de pleine lune.

Et voila, c’est la première fois que je raconte cette histoire.

Sites favoris Tous les sites

20 sites référencés dans ce secteur