BOLIVIE : pour tous l’argent de potosí

, par  Romane Traby , popularité : 4%


Légende : Doña María (34 ans) est serena (gardienne de mine) avec son mari pour un salaire mensuel d’à peine 100 euros. Ils vivent avec leurs trois enfants sur le Cerro Rico, à plus de 4 000 mètres d’altitude, sans eau ni électricité.

*******************************

L’image que j’ai choisie est une photographie de l’exposition "BOLIVIE : pour tout l’argent de Potosí" de Miquel Dewever-Plana

Au premier plan, on peut voir un vieux chariot rouillé posé sur des rails qui ont l’air tordus comme s’ils étaient vieux eux aussi. Ils semblent à l’abandon. En étant au premier plan, le chariot est bien mis en valeur car pour moi, il exprime l’avenir des mineurs. Le wagonnet, en bout de ligne, seul, vide, évoque la misère du lieu et des hommes qui y travaillent.

Au second plan on voit une femme (qui s’appelle Doña María comme l’indique la légende de la photographie). Elle est gardienne de la mine. Elle est en train de nourrir deux maigres chiens qui accentuent l’effet de désolation de ce paysage. Le sol est couvert de gravats extraits de la mine.

En arrière plan, on voit une chaîne de montagnes. Le ciel est couvert de nuages gris et épais qui laissent passer la lumière, ce qui donne un effet sombre et triste à la photo.

L’ ensemble de la photo est net, elle est en couleur, elle est prise en frontal, il s’ agit d’un plan d’ensemble, la photo est rectangulaire. Sur les points de force, on peut voir le chariot, et le ciel qui occupe une grande partie de la photo.

J’ai choisi cette photo car le paysage est magnifique. J’ aime le contraste entre la vie dure des mineurs et ce paysage grandiose qui les entoure... et qu’ ils n’ont malheureusement pas le temps de contempler.

Sites favoris Tous les sites

6 sites référencés dans ce secteur